Les 12èmes Journées PoëtPoët 2018 se sont déroulées du 7 au 17 mars dans la région niçoise par la Compagnie Une Petite Voix m’a Dit. Le thème de cette année est « l’ardeur ».

Depuis 2007, le Poëtbüro organise une dizaine de jours autour de la poésie avec assez peu de moyens. Pour la quatrième année, les journées PoêtPoët sont parrainées ou plutôt, que cette année, elles sont marrainées par Valérie Rouzeau qui a sorti le 1er mars son recueil « Sens Averse » (Edition de la Table Ronde, collection Vermillon, 144 p.). Comme toujours, j’ai le plaisir de photographier les événements des journées PoëtPoët.

Les festivités ont débuté mercredi 7 mars par une magnifique soirée slam à la cave Romagnan, accompagnées par France 3 Côte d’Azur. Le lendemain jeudi 8 mars, au cinéma de Beaulieu-sur-Mer, c’était une soirée autour d’Audre Lorde, poëte guerrière. Vendredi 9 mars, nous avons accueilli Valérie Rouzeau arrivée de Nevers et Christiane Bopp, sa complice tromboniste venue de Poitiers.

Valérie Rouzeau a fait une lecture-dédicace à la Librairie Massena après une intervention poétique de la comédienne Sophie de Montgolfier. Valérie est accompagnée de Christiane Bopp.

Ce samedi 10 mars fut chargé. Nous avons passé notre journée à l’auditorium de la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale (BMVR) Louis-Nucéra. Nous avons eu droit à un discours de VROUZerture avec Sabine Venaruzzo et Olivier Debos. Nous avons eu une pochette surprise musicale autour de textes écrits par Valérie Rouzeau pour le groupe Indochine : Une interprétation à l’accordéon et aux voix d’enfants de « Ladyboy ».
Eva Luna Frattini, circassienne, voltigeuse, équilibriste et équilibriste italo-argentine a interprété des textes de Valérie Rouzeau.
Enfin, nous avons assisté à « Vrouz’n’Bopp » : une lecture de « Sens averse » par Valérie Rouzeau et d’une perfomance au trombone de Christiane Bopp.

Nous avons passé le dimanche 11 mars au magnifique Monastère de Saorge avec une performance dansée de Jeanne Chossat de la compagnie /TranS/ d’après une chorégraphie de Laurence Marthouret puis d’une lecture de Valérie Rouzeau.

Je répète chaque fois que le Monastère de Saorge est un endroit comme nulle part ailleurs. En générale, les poètes qui y passent sont submergés par la beauté du lieu. Par son âme. Cette nuit-là fut orageuse comme la journée le fut aussi. La foudre a zébré le ciel noir. Encore une soirée mythique…

Lundi 12 mars, Valérie Rouzeau a rencontré le Campus Carlone de la faculté des Lettres de Nice au bureau CTEL. Une rencontre organisée par Béatrice Bonhomme, professeur d’université et directrice de la revue Nu(e) et par Sandrine Montin, maître de conférence en littérature comparée et Sabine Venaruzzo.

Mardi 13 mars, Valérie Rouzeau s’est confrontée aux questions des élèves de sixième du Collège des Baous de Saint-Jeannet.

Mercredi 14 mars s’est passée à Mouans-Sartoux entre la médiathèque, l’atelier poésie en famille, la chanson des joujous, dernière production de la compagnie Une petite voix m’a dit et le vernissage des collages de Samuel Czaezerios (SCZ)

Jeudi 15 mars, retour au campus Carlone de la faculté des lettres de Nice autour du documentaire « Les poètes sont encore vivants » de Xavier Gayan et de la question de la définition de la poésie ou de son rôle politique.

Vendredi 16 mars, nous nous sommes retrouvés pour une traditionnelle soirée au Centre culturel de La Gaude. « Chaud dedans » avec notamment un combat poétique dans un ring de boxe entre les poètes Samantha Barendson, Florentine Rey, et Claudio Pozzani. Autour du ring de boxe, le trio était entouré de nombreux artistes qu’il fallait découvrir entre le vivarium et les différentes espaces du bâtiment. On a retrouvé Caroline Duval accompagnée de Jean-Louis Ruf, la danseuse Delphine Pouilly accompagnée par Benoit Berrou et la chanteuse Sharron McLeod et la lecture du comédien Olivier Debos. Ainsi que le poète Patrick Quillier.

Samedi 17 mars, à l’auditorium de la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale (BMVR) Louis-Nucéra, nous retrouvons Samantha Barendson, Florentine Rey, et Claudio Pozzani pour une lecture croisée, accompagnés par Jean-Louis Ruf au mandoloncelle. Le soir, nous avons assisté pour finir le festival, au concert de Natyotcassan, groupe électro montpelliérain né de la rencontre de la poète Nathalie Yot et du musicien et arrangeur sonore Denis Cassan.

Nous avons terminé par la dégustation d’un bon couscous au 109…

Un festival qui a réuni beaucoup de poètes d’horizons divers que nous avons mené de Nice à Beaulieu-sur-Mer, Saorge, Mouans-Sartoux ou Saint-Jeannet…

Vivement la prochaine édition des PoëtPoët…